Contrôle des vibrations - transports, manutentions ...

Pendant les manutentions, les œuvres d’art risquent d’être soumises à des chocs, des coups, des collisions et des heurts.

Le choc est le résultat d’un impact avec un obstacle. Si la force d’impact du choc, déduite de son accélération, est supérieure à la force de rupture de l’objet, les chocs constituent une importante source de dommages et dégâts instantanés et irréversibles. Bien entendu les chocs peuvent être amortis en protégeant les objets par des emballages spécifiques qui peuvent absorber une partie de la force d’impact.

 

 

                  

 

Pendant les transports une autre source de contrainte est en mesure d’endommager les œuvres, ce sont les vibrations. La vibration est un mouvement oscillatoire harmonique ou aléatoire qui est décrit principalement par sa fréquence (Hz) et son amplitude (a). Elles agissent sur certaines œuvres d’art en provoquant à moyen et long une fatigue mécanique qui se traduit par une dégradation des œuvres.

 

Pour le transport des peintures, le LARCROA a mis au point une méthode d’évaluation des risques de dégradation mécanique dus aux vibrations, en prenant en compte sa limite d’endurance en fatigue et un ensemble de caractéristiques mécaniques.

Calcul de l’accélération maximale (a) que peut subir une peinture ayant les cactéristiques suivantes :

Vminit l0 fr e Epeint a

Variation minimale de tension: Vmini t (N/m)
Longueur maximal de la peinture: l0(m)
Fréquence: fr (Hz)
Epaisseur de la peinture: e (m)
Module d'élasticité de la peinture: Epeint (N/m²)

Etude sur devis

Pour en savoir plus sur les activités du LARCROA allez sur actualités